Go to Top

Personnes apprenantes francophones de l’Ontario

Fiche 3

Qui sont les personnes apprenantes francophones de l’Ontario?

En Ontario, les personnes apprenantes francophones sont des personnes âgées de 16 ans et plus qui vivent en milieu urbain ou en milieu rural. Parmi ces personnes, on retrouve des hommes et des femmes ayant un emploi, et d’autres qui aspirent à travailler, à devenir plus autonomes ou encore à aider leur famille à s’épanouir. Certaines de ces personnes apprenantes sont nées au Canada, d’autres sont des immigrantes.

La définition des francophones de l’Ontario, adoptée le 4 juin 2009, s’énonce comme suit :

« Sont considérées comme francophones de l’Ontario, les personnes pour lesquelles la langue maternelle est le français, de même que les personnes pour lesquelles la langue maternelle n’est ni le français ni l’anglais, mais qui ont une bonne connaissance du français comme langue officielle et qui utilisent le français à la maison. »[1]Sur la base des données issues duquestionnaire court obligatoire du recensement de 2011,« …la province compte maintenant 611 500 Franco-Ontariens… Les francophones représentent toujours 4,8% de la population ontarienne. »[2]

Nous ne savons pas combien de ces francophones pourraient bénéficier de la formation en littératie. Au Canada, 4 % de la population maitrisent très peu la capacité de lire et 13 % affichent un score correspondant au niveau 1. Ces personnes ont des compétences qui leur permettent d’accomplir des tâches de complexité limitée; comme repérer des informations particulières dans des textes courts qui ne comprennent pas d’éléments de distraction.

En ce qui concerne le calcul, 23 % des Canadiens affichent un score correspondant au niveau 1 ou à un niveau inférieur. Parmi ceux-ci, 17 % affichent un score correspondant au niveau 1, ce qui veut dire qu’ils ont les compétences nécessaires pour effectuer des opérations mathématiques simples comportant une seule étape, comme compter ou classer.

Quant à l’utilisation de la technologie numérique, 15 % des Canadiens se classent dans la catégorie « Inférieur au niveau 1 ». Une proportion de 30 % des Canadiens a un rendement qui se situe au niveau 1, ce qui signifie qu’ils peuvent résoudre des problèmes comportant un objectif explicitement énoncé qui donnent lieu à un nombre d’étapes relativement peu élevé dans un environnement familier.[3]

En résumé, plusieurs adultes au Canada ne possèdent pas les compétences en lecture, en écriture, en calcul ou en technologie numérique exigées par la société du savoir d’aujourd’hui. Des 50 postes d’entrée déterminés par une recherche en 2011, tous exigent des profils de compétences incluant la lecture, l’écriture, le calcul et l’utilisation de la technologie numérique au niveau 1 et au niveau 2.[4]

 

____________________
[1] Tirée de l’Office des affaires francophones, Portrait de la communauté francophone en Ontario. En ligne : http://www.ofa.gov.on.ca/fr/franco-definition.html (page consultée le 26 mars 2014)

[2] Tirée de l’Office des affaires francophones, Données du recensement de 2011 selon la DIF. En ligne : http://www.ofa.gov.on.ca/fr/franco-recensement-2011.html (page consultée le 26 mars 2014)

[3] Statistique Canada (2013). Les compétences au Canada : Premiers résultats du Programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes (PEICA). En ligne : http://bv.cdeacf.ca/RA_PDF/165145.pdf (page consultée le 26 mars 2014)

[4] Karen McGregor et Carla Douglas (2011). Essential Skills Profiles: Top 50 Entry-Level Jobs in Canada. En ligne :  http://en.copian.ca/library/learning/kls/top50/top50.pdf (page consultée le 26 mars 2014)