Go to Top

Formation dans sa langue maternelle

Fiche 5

Pourquoi se former dans sa langue maternelle?

Plusieurs études démontrent qu’une personne apprend mieux quand son apprentissage se déroule dans sa langue maternelle, même lorsqu’elle est très habile dans une deuxième langue.

Une façon simple d’expliquer ce phénomène est que les modèles du langage s’imprègnent dans le cerveau dès la petite enfance. Les adultes dont la langue maternelle est le français, particulièrement ceux qui ont été scolarisés en français au primaire, apprendront mieux dans cette langue parce qu’ils peuvent faire appel à ces modèles pour intégrer les nouveaux apprentissages.[1]

Comeau est d’avis que « l’usage de la langue maternelle est indispensable pour les apprentissages formels »[2], et ce, pour les mêmes raisons que celles mentionnées plus haut. Il ajoute ceci : « À travers le monde, toutes les expériences connues d’alphabétisation dans une langue autre que maternelle ont été des échecs retentissants. »[3] Mentionnons en outre que tout apprentissage dans la langue maternelle peut être transféré par la suite dans la langue seconde.

Une formation réussie dépend également :

  • de l’usage que la personne apprenante peut faire de sa langue dans la vie courante;
  • de l’enseignement adéquat de la langue et de la transmission efficace de la culture de la personne apprenante (Wagner et Grenier, 1991).[4]

« La langue et la personnalité ne font qu’un. La langue est une des composantes les plus importantes de l’identité. »[5]

 

____________________
[1]  Coalition pour l’alphabétisation et la formation de base en Ontario, « Mémoire présenté au ministère de la Formation et des Collèges et Universités dans le cadre de l’examen de l’éducation des adultes », Ottawa, 2004, p. 6. Document interne.

[2]  Y. Comeau, Alpha en milieu de travail. Étude de l’expérience du Centre d’alphabétisation de Prescott (CAP) avec des travailleurs franco-ontariens, Hawkesbury, Centre d’alphabétisation de Prescott en collaboration avec l’Université Laval, 1996, p. 67. En ligne : http://www.cafa-rcat.on.ca/PDF/alpha%20en%20milieu%20de%20travail.pdf (page consultée le 26 mars 2014)

[3]  Ibid., p. 65.

[4]  S.Wagner et P. Grenier, Analphabétisme de minorité et alphabétisation d’affirmation nationale, à propos de l’Ontario français, Toronto, ministère de l’Éducation, 1991.

[5]  S. Bergeron, « Apprendre à lire dans sa langue », Le Bulletin de la FCAF, vol. 7, no 2, automne 2001, p. 14-15.